Route du Rock 2014, troisième soirée : SLOWDIVE en majesté

Le 16 août 2014 par Disso

Cheetahs DLF

 

Le Fort a été paillé, les camions pompes sont passés, mais cela ne suffit pas à « éponger » les dégâts causés par plusieurs jours de pluie. Et, affluence aidant, on va vite se retrouver à nouveau à patauger dans la gadoue un peu partout. La soirée de vendredi était complète, avec 14000 festivaliers dont quelques bébés,allez savoir pourquoi, de nombreux Anglais et beaucoup de quinquagénaires attirés par la tête d’affiche Portishead.

Le concert des Cheetahs commence à l’heure prévue, 18h30, devant une poignée de personnes. En effet, seuls les gens accrédités et les bénévoles se trouvent devant ce mini showcase, le reste du public poireautant à son corps défendant dans la boue à l’entrée du camping. Sympa, pour les 50 happy few, sans doute beaucoup moins pour les 13500 autres et pour le groupe. Un bon concert de ces petits nouveaux biberonnés à My Bloody Valentine. On sera ravi de les revoir devant un public plus fourni.

Soyons clairs, Anna Calvi, c’est pas notre came : musique pré-fabriquée et calibrée pour plaire au plus grand nombre, vocalises surabondantes, solo de guitare haut portés et comme jetés à la face du monde. En résumé, Anna Calvi malgré le succès rencontré auprès public n’a pas du tout convaincu l’équipe de DLF.

Protomartyr en revanche, ça, c’était bon, très bon. Un son très stoogien, une sacrée basse, c’était bien brut et c’était bien agréable. L’album était déjà prometteur, le concert très bon, on demande à les revoir et à les revoir encore. Le groupe, très cats friendly, nous honore même d’une chanson sur les chats qui parait-il sont plus nombreux à Detroit que les habitants. Sourire aux lèvres, ils semblent ravis d’être devant nous, et nous devant eux.

Sourire, c’est aussi ce que nous offre Rachel Goswell, la chanteuse de Slowdive, pendant toute la durée de son concert. Le set était magnifique, mais vraiment. Un moment très émouvant à la fois pour les plus âgés venus retrouver un peu du parfum de leur adolescence, mais aussi pour les plus jeunes qui chantaient les paroles du groupe avec un air extatique devant la scène. Chaque titre, chaque sourire de la chanteuse, chaque intro reconnue entraîne aussitôt des applaudissements abondants. Et quand les premières notes de Machine Gun retentissent, c’est un cri de plaisir qui jaillit du Fort. Une de ces reformations vraiment justifiées et qui ne sent pas la tournée ramasse pognon mais au contraire, le plaisir d’être encore ensemble. A l’issue du set, les festivaliers affichent des airs enchantés et détendus.

Vient enfin, l’autre Machine Gun, celui de Portishead. C’est clairement la tête d’affiche de la soirée et du festival. Et Portishead fait le job, mais plus que le job. Un concert qui satisfait à la fois le grand public avec des titres comme Glory Box, Wandering Star… mais aussi les fans hardcore : LE fameux hit avec Rusty Man, le très « beakien » Chase the Tear créé pour Amnesty… Toujours parfaite, Beth est classe et sexy avec sa dégaine d’ado mal dans sa peau. Sa voix sonne toujours juste et l’émotion est intacte.

Et franchement, là, on renonce. Ca fait 6 heures qu’on est debout, les pieds dans les bottes, dans la boue et Liars et Moderat en feront les frais, malgré notre envie de les voir.

4 Commentaires sur “Route du Rock 2014, troisième soirée : SLOWDIVE en majesté”

  • Äh, pääpointti unohtui. Tuo Öko-testin merkki ei tarkoita että tuote olisi EKO-tuote! Eli tuote on ihan sama Suomessa ja Saksassa, Suomessa siihen ei vain ole laitettu tuota merkkiä.

  • Paradossale. Non vengano a dire i palozziani di non aver SEMPRE saputo che si trattava dell’ennesimo carrierista, al quale di Marino non fregava assolutamente niente se non di usarla come un trampolino di lancio. Tutt’al più, ora, la sorpresa di essere buttati giù dal carro che avevano faticato a trascinare. E in Regione, si è visto, scorrono davvero fiumi di denaro.. Ora si dice che la pacchia potrebbe finire. Staremo a vedere.

  • I would like to examine the relationships in my personal network (wife, son, daughter, close friends, neighbors, father, mother-in-law, brother, sister, nieces, and nephews, son’s roommates and girl friend, daughter’s roommates and boy friend, etc) and see how the microbiome is different and similar.

  • Not only did they use slide rules, but they managed to build the Saturn V in how many years? I mean, 2025 is fourteen years away. Between JFK's speech and the actual moon landing was what, half that? Seriously though, the talent to do these things still exists. It's just gone latent, because nowadays most with the requisite skills recognize they'll be neck deep in bullshit, sociopaths and political correctness if they sign on at a place like NASA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *