Un (tout) petit tour au festival des Inrocks 2013

Le 16 novembre 2013 par Virginielasnob
Suuuuuuuuuuuuuuuuuuuuns

Suuuuuuuuuuuuuuuuuuuuns

Comment reconnait-on une soirée qui sent le bide au festival des Inrocks ? Une simple banderole qui barre l’accès aux balcons. Ah merde. Donc les places ne se sont pas vendues. Fichtre. Avec Suuns et These New Puritans. Diantre. Syndrome « ces batards de Pitchfork font un festival une semaine avant le nôtre dans un lieu unique avec un pass 3 jours alors que nous on se disperse dans 12 salles en 12 jours et que du coup ça coûte un œil » ? Je ne peux pas écarter cette possibilité.

Pourtant ce festival a toujours eu une classe unique. D’abord le choix judicieux du lieu. La Cigale est une salle fabuleuse. Une dimension idéale, un son excellent, un cadre strict au couvre-feu inébranlable ; LE rendez-vous incontournable du début novembre, c’était là. Jusqu’ici en tout cas.

J’y vais depuis 1992, j’ai dû rater une ou deux éditions dans des périodes financièrement compliquées, il m’est même souvent arrivé de faire tous les soirs. Malheureusement, cette édition était assez peu attirante à mon goût, trop d’inconnus à côté de nouvelles vedettes du moment qui disparaîtront aussi vite qu’elles sont arrivées, pas vraiment de tête d’affiche. Et vu l’absence de foule ce soir-là, je ne dois pas être la seule de cet avis. Mais quand même, Suuns quoi…
These New Puritans - Young Fathers - Sivu

These New Puritans – Young Fathers – Sivu

Bref, à 19h commence le concert des étranges Young Fathers. On reconnaît là une découverte de J.D. Beauvallet, c’est tellement anglais, ça ne peut marcher que chez eux… Énergiques et excentriques, ces cousins de TV on the Radio peinent à réchauffer les premiers arrivants. Sympathique et atypique.

L’exemple de la hype de type soufflé-qui-va-retomber-même-si-ça-marche-à-South-by-South-West arrive ensuite, Papa. Pour ne pas m’étendre trop sur le sujet peu intéressant de ces freluquets qui ne reculent même pas devant le massacre d’un morceau de Patti Smith, je citerai une conversation post-concert avec un journaliste amateur de pop à trompettes, « des sous-Killers »… Tout est dit.

Le cas These New Puritans est une sacrée énigme. Déjà vus sur scène en 2010 pour un concert assez moyen car privé de cuivres, ils reviennent en formation plus complète. Une chanteuse jolie et qui tirera la tronche tout le concert (c’est pas possible de se prendre autant au sérieux, meuf) ainsi que des cuivres complètent le groupe. Le problème est toujours le même : où est la frontière entre l’impressionnant et le pompier, le grandiose et l’ampoulé ? TNP marche sur ce fil et est parfois franchement barbant et parfois très bluffant. Le mystère reste complet.

Enfin, Suuns (ou plutôt SUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUNS comme on dit chez nous). J’avais encore des étoiles dans les yeux et des bourdonnements dans les oreilles après le fabuleux concert de la Route du Rock été 2013. Cette fois au moins, ce n’était pas la baston pour se trouver en bonne place, il faut voir le côté positif. Il y a toujours cette atmosphère tendue et électrique, Ben Shemie se transforme en fauve devant son micro, la Cigale se réchauffe vraiment. Les fous qui ne sont pas venus peuvent pleurer, le couvre-feu prévu arrive trop vite.

Le petit bide de la Cigale cachera maladroitement le gros bide de la Boule Noire où si on a pu trouver 60 personnes au plus fort de la soirée, on n’en sauvera que la très élégante pop de Sivu, malheureusement boudé au fond de la cave.

On ne va pas se mentir, dans la course à la programmation exclusive, au battage publicitaire, le Pitchfork a une force de frappe qui dépasse les Inrocks. Soit le festival redevient un défricheur de nouveautés et propose moins de dates et un pass, soit il arrive à mobiliser des têtes d’affiche pour continuer à justifier autant de dates et de lieux. Sinon, il n’y aura peut-être plus qu’un gros festival à Paris en automne et cela pourrait ne pas être celui-ci, ce qui serait vraiment dommage.

Un commentaire sur “Un (tout) petit tour au festival des Inrocks 2013”

  • MRM

    Revue assez pertinente de la soirée, mais je serai plus indulgent avec les Inrocks car les soirées de samedi et de dimanche ont amenées leur lot de découvertes très intéressantes : Arthur Beatrice, Sohn, Casual Sex, Findlay… Même si le mag a perdu sa superbe (c’est un euphémisme) le festival me semble encore pertinent. Avec la concurrence du hype Pitchfork les Inrocks ont de toute façon l’obligation de dénicher quelques perles hors radars pour rester en vie…

    Résumé du vendredi au dimanche à la Boule Noire/Cigale ici : http://mindriotmusic.blogspot.fr/2013/11/arthur-beatrice-suuns-sohn-sivu-findlay.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *