Route du Rock 2013, compte rendu du 2ème jour.

Le 17 août 2013 par Disso

La deuxième soirée au Fort Saint Père annonçait une programmation sans doute un peu plus faible que les autres jours, malgré la présence des dieux du prog rock Godspeed You ! Black Emperor.

La Team PussyCottage à l'action Route du Rock été 2013

La Team PussyCottage à l’action
Route du Rock été 2013

L’arrivée est un peu tardive pour la DLF team qui trainasse au gite, sieste et séances de vernis obligent. Nous n’assisterons donc qu’à la moitié du set de Jackson Scott, jeune homme de 20 ans originaire d’Ashville qui offre une musique teintée de pop sixties et de références nineties. On retrouve un peu d’esprit surf mais aussi les riffs lourds à la Nirvana ou Pixies. A la fin du concert, le groupe, très applaudi, n’en revient pas de son succès et se prend en photo avec le public. Le jeune bassiste échevelé campe sur la scène, l’air ravi et un peu impressionné aussi. En conférence de presse, Jackson Scott expliquera que ses potes américains lui avaient dit : « Tu vas voir, en France, ils vont t’adorer. Ils aiment beaucoup le rock. »

La suite va offrir un long tunnel un peu difficile avec tout d’abord les Woods, groupe d’un barbu qui n’a pas inventé la folk. Ca fausse un peu (beaucoup par moment) et la voix du chanteur évoque irrésistiblement un Bob Dylan sous hélium. Ca aligne les airs fades, bref, je n’attendais pas grand chose de Woods, et ils ont été conformes à mes attentes. Lisenn a fait une sévère crise d’urticaire et est allée noyer son ennui dans la bière, et elle n’était pas seule.

Efterklang Route du rock 2013 Photo Benoit Marquette pour DLF

Efterklang Route du rock 2013
Photo Benoit Marquette pour DLF

On peut reconnaitre la classe, la finesse et l’élégance d’Efterklang, les compositions très travaillées, un groupe hyper généreux sur scène, content d’être à la Route du Rock et ne boudant pas son plaisir. Les amateurs du genre ont été ravis.

C’est ensuite que, vraiment, les choses décollent avec à suivre : Allah-las, GY!BE, Zombie Zombie et Bass Drum of Death.
Les Allah-las, sur la scène des Remparts : direction les Etats-Unis en décapotable. Un côté très sixties, pas forcément très innovant, mais mettant au gout du jour les sonorités d’un surf rock très frais. C’était un peu retour du Summer of Love au Fort Saint Père (mais sous les nuages, on est à Saint Malo, quand même…)

Allah-Las à la Route du Rock 2013 Photo Benoit Marquette pour DLF

Allah-Las à la Route du Rock 2013
Photo Benoit Marquette pour DLF

Ruée générale vers la grande scène pour les très attendus Godspeed You ! Black Emperor. Les tunnels de drone saisissent tout l’espace du fort, les corps tremblent, les tympans vibrent et l’air est lourd d’une musique très physique. Si les plus jeunes semblent avoir du mal avec le côté extrême de cette expérience, les amateurs sont ravis, s’offrant entièrement au son. Les titres s’enchainent sans rupture, puissants et majestueux. Une expérience quasi mystique.

Pour son malheur, Zombie Zombie succède aux Canadiens sur la petite scène des Remparts, et il faut avouer que cet enchainement n’est pas à leur avantage. On aime beaucoup la musique de Jaumet et son groupe, malheureusement, après GY!BE, leur musique semble un peu fade. Les compositions électroniques ciselées ne sont pas à leur avantage à cette heure-là de la nuit et à un moment où le fort aurait sans doute rêvé de choses plus dansantes. En revanche, lors de la conférence de presse, le groupe s’est révélé extrêmement intéressant, ceci fera l’objet d’un post ultérieur.

Bass Drum of Death Route du rock 2013 Photo Benoit Marquette pour DLF

Bass Drum of Death Route du rock 2013
Photo Benoit Marquette pour DLF

Contrairement à Zombie Zombie, Bass Drum of Death est arrivé à point nommé. On rêvait de shaker son booty, merci le rock garage, merci le psyché et merci aussi Kurt Cobain, qui a visiblement influencé ce groupe. Certes, les emprunts sont parfois assez visibles du côté de Nirvana, Buzzcocks et Sonic Youth mais bon sang, qu’est ce que ça fait du bien par où ça passe! Le festival danse, crie, slamme, ça pogote dans tous les sens, bref, c’est le bonheur.
Pour la fin, nous ne pouvons vous en dire beaucoup plus, exténuées que nous sommes, la plupart d’entre nous n’assistera pas au set de TNGHT. Ceux qui restent seront  effarés. Visiblement, le groupe a « mixé » sous Itunes, un set paresseux et simpliste sans aucun intérêt. On en est malheureux pour la Route du Rock quand on pense à ce qu’ils ont dû claquer pour s’offrir TNGHT.

A lire : La soirée de Mercredi
A lire : La soirée de Jeudi

Post Collectif de Amélie, Lisenn, Disso et Virginie

5 Commentaires sur “Route du Rock 2013, compte rendu du 2ème jour.”

  • lungos

    J’ai vu TNGHT et je pense que vous avez été mal renseignées. Je me.permets de le dire parce que vous faites allusion au cachet de l’artiste et, connaissant l’État des finances de la rdr, ça laisse penser que ce groupe est un fiasco pour le festival. Perso, ca a été un moment fort.

    • Disso

      Je ne pense pas que ça ait été un fiasco, c’était fait pour faire danser et ça l’a fait. D’une certaine façon, le but était atteint. Après, en gros, ce que plusieurs personnes m’en ont dit c’est qu’il aurait branché son laptop que ça aurait été pareil, mais j’avoue que n’ayant pas vu moi meme, je ne fais que retransmettre les info entendues. Donc pour TNGHT, nous dirons : bénéfice du doute :)

Trackbacks & Pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *