Posé dans le Mile-End : EP4

Le 19 mars 2013 par pareto35

Samedi soir, j’ai cherché et trouvé un tripot musical : Il Motore. On y joue pas directement avec son argent mais on paye pour voir et pour découvrir un lieu qui transpire l’indie et l’underground. Nous sommes au nord du Mile-End, lui même au nord du Plateau Mont-Royal. Au bord d’une autoroute urbaine qui traverse une zone industrielle, à 20mn du premier métro, on trouve un peu par hasard Il Motore. Bref, on est loin, très loin. Et ce n’est certainement pas l’apparence extérieure qui va m’aider. Je m’y reprends par 2 fois.

Donc ce soir c’est Joseph & The Mercurials, groupe de Toronto qui débarque en voisin, et 2 Dj en ouverture, le tout pour 8$. Doors open at 10pm. Ok, je me pointe à 10h30.

La salle est au format MJC, petite jauge, petite scène, un bar et ses tables. Donc sachez le, doors open at 10pm, ca veut dire live show at 12am. Voilà. Pendant 2h, nous allons être 4 dans la salle plus les 2, 3 personnes du staff au bar. Ca va être long. Dans ces cas là, on sort le smartphone pour noyer son ennui pour un moment suspendu d’une rare vacuité. On boit des bières à 5$+1$. Les 2dj’s vont, pour eux-mêmes, pousser de la minimale wave que je vais trouver plutôt intéressante d’ailleurs, un mélange de titres francais, allemands, anglos… Mais on se sent seul, très seul tout de même.

Donc minuit, l’heure du crime musical. Tout ça pour ça ! Je n’ai vraiment pas passé une bonne soirée. Joseph a mal digéré Chris Isaak qui a mal digéré Elvis. Gros bras, voix de crooner pour un son 50’s que l’on voudrait tremper dans un bain synthétique. Mais à dire vrai le synthè est vraiment là pour quelques lignes de basse et rien de plus. Des titres sans réels reliefs s’enchainent et 45mn plus tard, c’est terminé. Applause plus que timide…allez on doit être 15 dans la salle. Soulagé et frustré. J’aurais voulu qu’il se passe quelque chose. Une guitare, même montée en son 50’s, un violon, une basse, un synthé, un batteur…il pouvait se passer quelque chose.

Mais, c’est aussi cela l’underground. Une salle un peu miteuse qui programme en continue et avec un prix plus qu’abordable, des groupes en émergence avancée. Au public de faire son choix, de découvrir, de sanctionner, d’encourager. Mais le lieu existe et c’est bien là l’essentiel.

Bon, par contre pas de taxi, pas de bus pour rentrer. Un petit 20mn de marche avec un gros -10…punaise là il fait fucking froid.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *