Impressions québécoises 1 : Posé dans le Mile-End

Le 4 mars 2013 par pareto35

La nuit est blanche à Montréal. Non, Montréal est blanche. Un petit -4 et une bruine neigeuse persistante. C’est plutôt doux pour la saison diront les locaux. Bref, il fait frais.
La nuit blanche ce sont des lieux et des propositions culturelles en accès libre et gratuit. Hier soir, il s’agissait donc de découvrir deux lieux phares de la culture Montréalaise : Le Métropolis et La Société des Arts Technologiques, la SAT.

SAT Montréal - photo Pareto35

Le Métropolis, salle de concert de facture classique, quelque chose entre l’Olympia et la Cigale. Moderne donc. 5 groupes locaux à l’affiche, rediffusion en live sur la radio locale. Grosse soirée et grosse affluence.
La SAT c’est tout autre chose. Un lieu hybride où l’on expérimente dans le domaine technologique (interface homme-machine, immersion sensorielle, open-hardware, arduino…) dans le domaine des arts (VJ-ing, processing, création…), on y fait également de la recherche (j’en reparlerai dans un autre billet) et enfin l’on y accueille des artistes en résidence qui conjuguent leurs pratiques et leurs expressions à la technologie numérique. Pour les Rennais (pardon pour les autres) c’est comme si le Jardin Moderne croisait Electroni-k qui croise la Cantine Numérique qui croise le FabLab qui croise des Universitaires au quotidien et en un seul lieu. Pour la nuit blanche, la SAT s’ouvre au grand public pour une expérience musicale, visuelle et sensorielle des plus envoutantes. La proximité des deux lieux facilitera le ping-pong entre les deux sites.

SAT Montréal
On commence par la SAT, le principe de la « soirée 8 bits » est simple. Vous posez un DJ au fond de la Satosphère, géode immersive à 360° ainsi qu’un VJ qui va pousser de l’image numérique très 8 bits (du pacman, de space invader, du DK, …) au rythme du set. C’est extrêmement déroutant et sans apprécier particulièrement la musique électronique, le mélange de l’image 3D immersive et du beat est bluffant. La salle ne s’y trompe pas, c’était une première et les cervicales seront douloureuses aujourd’hui. Mais à trop m’immerger, je manque le groupe qu’il ne fallait pas manquer au Métropolis (enfin d’après ma coloc, ah oui je coloc) : « Avec pas de casque ». J’arrive à la fin, un demi titre, je ne pourrais rien en dire à part que ça sonne folk et grand espace . Quelques bières plus tard, c’est « Canaille » qui se présente . Alors là, c’est du pur jus local de Québecois. 8 personnes sur scène (à la Arcade Fire, le groupe emblématique du Mile End), de l’accordéon, du banjo, un bucheron,…un chant mixte en français mais à la sauce québécoise, que j’ai du mal à comprendre. Bref, j’ai vu un groupe de Cajun, folk québecois légèrement grivois et que l’on aurait croisé avec les Français VRP. Une folle énergie, du stage diving, des titres connus de tous. Bon je suis largué, totalement largué mais l’énergie est très très positive et quelques titres sont sympathiques. Reprenant une expression très commune ici : c’est fun.

Changement de registre avec « Socalled ». Là c’est du pur made in Mile End m’a t-on dit et c’est très barré donc très exportable. Autant avec Canaille l’on comprend les structures autant là…ouch. Le chanteur bondissant excelle au piano synthé, rap et chante en bonne compagnie féminine…mais pourrait surtout vous dériver les équations qui vont bien, tant sa présence à la Geo Trouvetout tout droit sorti de l’Asylum s’impose. Pour le reste, c’est un mélange surprenant de Rap Yiddish, soul, blues, le gars est séduisant, ça tape fort, une marionnette fait des bisous au batteur, ça rape en anglais cette fois-ci mais j’ai du mal à accrocher ou plutôt ça m’emporte par partie. Les albums semblent plus posés et puis surtout, pour la seule collaboration avec Enrico Macias sur le Unvld de l’album Sleep Over cela mérite une écoute. Mais sur scène, Josh Dolgin est le groupe, et le groupe est Josh Dolgin. C’est toujours risqué selon moi. On notera que Nick Caves jouera ici le 22 mars mais il ne faut pas rester pour la suite paraît-il, ok retour à la SAT. On supporte une heure de line-up sous la neige. J’en apprécie deux de plus dans la Satosphère. Fucking good.

PARETO35

4 Commentaires sur “Impressions québécoises 1 : Posé dans le Mile-End”

  • Piedo

    Socalled, c’est le MC cinglé qui accompagne David Krakauer & Klezmer Madness. Just sayin’.

  • Piedo

    Socalled, c’est le MC cinglé qui accompagne David Krakauer & Klezmer Madness. Just sayin’.

  • LZ

    Mais où étais-tu le jeudi 03 décembre 2009 ? assurément pas aux Transmusicales ni au Liberté réveillé par Abraham Inc et son célèbre Tweet Tweet (Abraham Inc, formation musicale regroupant en son sein 3 pointures dont le MC Socalled, le clarinettiste David Krakauer et le tromboniste Fred Wesley).
    Donc pour l’exportable, c’est déjà fait, effectivement…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *