Le retour inattendu de My Bloody Valentine

Le 3 février 2013 par Virginielasnob

Mais pourquoi avoir attendu autant de temps ? Franchement, satané Kevin Shields, si je t’avais sous la main, je te passerais à la question façon inquisition espagnole. Si on m’avait dit il y a seulement 15 jours que j’écouterais le nouveau MBV, j’aurais bien ri. Ou pas.

Il faut dire que Loveless, je me le suis pris dans la figure alors que j’allais avoir 18 ans. Comment digérer cet ovni ? Un son, une folie, je n’y connaissais pas grand chose mais du peu que je pouvais lire à l’époque, j’avais bien compris que la révolution était en marche, que ce n’était pas un petit album mais bien un truc de fou et que si j’étais aussi bouleversée, ce son allait bien marquer son époque.

De quoi donc te faire passer de longues heures à écouter beaucoup trop fort cette musique tordue. Je n’avais comme info à ma disposition que ce qu’en disait Bernard Lenoir et une interview dans les Inrocks. Démerde-toi avec ça. La barre avait été mise très haut. Ces gens sont fous et géniaux, j’en veux encore. Dans ce cas, cela voulait dire courir après le premier album et les précédents EPs, payer des fortunes des imports japonais trouvés en poussant des petits cris de joie à la Fnac du boulevard des Italiens. Je ne sais plus pourquoi je n’étais pas au concert de l’Olympia, pas d’argent, pas assez rapide pour avoir une place, peut-être même en période d’examens, c’était en tout cas le drame. La légende veut que les veinards qui y étaient soient sortis de l’Olympia à moitié sourds après une demi-heure de bruit d’avion. Et puis plus rien. Le vide. Les premières attentes. Chaque année son lot de rumeurs, ils seraient en studio, et puis non ils ont brûlé tous les enregistrements, Kevin trouve que ce n’est jamais assez bon. De là, c’est devenu l’arlésienne, une blague, quand les poules auront des dents ou quand MBV sortira son nouvel album.

Depuis, on a entendu des remix, un joli morceau de Kevin Shields dans la BO de Lost in translation.


kevin shields City girl par YoungFool

Et puis une tournée en 2008 où j’ai pu enfin les voir et surtout profiter de You made me realise en live. Les amplis du Zénith s’en souviennent encore. On avait alors repris espoir tout en se disant que c’était juste une tournée pour remplir les caisses. La surprise de l’annonce la semaine dernière sur scène de la sortie imminente du nouvel album avait encore fait ricaner mais on commençait à y croire. Et à craindre aussi la catastrophe. Même si c’est MBV, pas les Strokes…

Et paf ! Un samedi soir comme les autres se transforme en attente frénétique, il est là, il arrive. Sauf que non, le serveur ne tient pas la route et tout monde se heurte à des messages d’erreur. L’album est donc enfin écoutable depuis ce matin.

Pas de catastrophe, on arrive en territoire connu, c’est la suite logique. On peut quasiment trouver sur Loveless le pendant de chaque morceau du nouvel album, jumeau maléfique. She found now est le petit frère de Sometimes, Only tomorrow celui de Come in alone, etc… Le son n’est pas franchement le même et on, a surtout perdu au passage la puissance de feu de bombes comme When you sleep ou What you want, pas de nouveau morceau à danser comme l’était l’imparable Soon, même si In another way est plutôt catchy. Sinon on a tellement dit qu’ils faisaient du bruit d’avion qu’ils ont collé un A380 dans Wonder 2, le dernier morceau, c’est malin.

Il va falloir un peu de temps pour digérer tout ça, faire la part des choses entre chouette un nouvel album et tout ça pour ça. J’ai hâte de savoir ce que la jeune génération qui ne connait pas Loveless ou l’a découvert plus tard en pense. Mais 12,50 € pour un album en digital, Kevin, on n’est plus en 1991…

Le nouvel album est donc en écoute sur le site de Creation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>