State Broadcasters/House of Wolves : mes deux belles surprises de fin 2012

Le 14 janvier 2013 par Erwan

2012 aurait pu être pour moi (et elle l’a été au final un peu quand même) une année sans belle découverte musicale, avec seulement de beaux disques de groupes ou artistes déjà appréciés (Bowerbirds, The Walkmen et Sharon Van Etten pour le trio de tête) s’il n’y avait eu deux révélations de dernière minute venues bouleverser mon classement des albums préférés de l’année.
La première a déjà été évoquée par Virginie sur DLF, il s’agit de Fold in the Wind de House of Wolves, magnifique premier album de folk sorti discrètement en 2011 et réédité cette année par Fargo. Je n’en dis pas plus, je me contente de remettre un morceau en écoute et d’inciter ceux qui seraient passés à côté lors du premier post d’aller écouter cet album sur Bandcamp.

La seconde révélation est l’œuvre des écossais de State Broadcasters avec leur deuxième album Ghosts We Must Carry. Un disque de folk mélancolique, à l’ambiance envoûtante comme on ne l’a pas entendu depuis l’album de Musée Mécanique Hold this Ghost en 2010 (encore une histoire de fantôme tiens). Chaque chanson est superbe et a son petit truc personnel qui fait qu’on la différencie des autres, faisant de Ghosts We Must Carry un disque très homogène dans la qualité et le son, mais jamais monotone.

Le piano (Kittiwake) ou le violon (Outside The Bakery) apportent une touche supplémentaire, quand ce n’est pas le chant féminin (The Only One) ou l’harmonium, instrument adoré depuis les morceaux DsharpG et Love More sur Epic, deuxième album de Sharon Van Etten (This Old Table). Deux titres plus rythmés permettent de se souvenir du pays d’origine du groupe : Trespassers (en vidéo en en-tête de l’article) et le tubesque The Writing’s On The Wall ont indéniablement un petit côté Belle & Sebastian (en plus triste pour le premier). Alors que depuis quelques années Glasgow faisait surtout parler d’elle avec des groupes rock aux influences post-punk (We Were Promised Jetpacks ou The Twilight Sad), ce groupe nous prouve que la plus grande ville d’Écosse peut encore nous offrir des bijoux pop/folk.


Ghosts We Must Carry est en écoute sur Bandcamp
(et un grand merci à Lyle pour la découverte !)

Et en bonus de l’album le groupe a mis sur Bandcamp un Ep de versions alternatives, Table EP, avec également cette reprise de Sparklehorse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *