Throw me the Statue, de la vraie pop secrètement canadienne.

Le 4 octobre 2012 par Disso

Alors un Canadien pour vous c’est qui? Un gars en chemise de bûcheron entre l’ours mal léché et Kurt Cobain ou un joueur de Hockey harnaché pour aller combattre sur l’arène glacée à la poursuite d’un palet?

Si vous êtes tenant du groupe des admirateurs de la chemise à carreaux mais plutôt mélomane alors vous êtes faits pour écouter Throw me the Statue, un groupe de Seattle, sur le label Secretly Canadian. Ah,ouais, je comprends…Canadien, en fait, c’est un jeu de mot. En bref, des Américains qui font du rock dans la ville de naissance du Grunge.

Vous voyez l’image de Kobain arborant son T-Shirt avec la grenouille de l’innocence de Daniel Johnston, celle de Mikael Pitt dans le film de Gus van Sant Last Days, alors vous y êtes, c’est là que se loge la musique de Throw me the statue. Entre dépression à peine voilée et réconfort pop pour adulescents en partance vers le niveau supérieur du jeu métaphysique de la vie d’adulte. À la fin c’est pas drôle, on est tous d’accord alors autant y aller au son de la caisse claire.

On peut penser à Granddaddy pour la volonté pop, les claviers qui tintent comme des glockenspiel synthétiques, les rythmiques carrées, la voix de ténor mais c’est bien dans un univers distordu que nous mène les membres de ce groupe. Paroles désabusées, guitares aux sons vibrants pas totalement tenus, au croisement entre pop éthérée et musique électronique, une sorte de rock impossible comme si les bisounours avaient mis les chemises du Grunge pour jouer le mal-être de ses prophètes sur un air de fête acidulée.

En 2009 – c’est un peu une chronique pour remonter le temps – ils ont sorti Creaturesque. L’album est entre pop cheap qui sonne clinquante comme des jeux d’enfants jetés dans les pattes de musiciens qui s’amusent à nous secouer avec leurs mélodies, Waving at the shore, électro crépusculaire sympathique – c’est là toute l’astuce ils sont vraiment sympas même dans leurs plans lo-fi – , Pistols ou encore rock à guitare qui fait boum-tata-poum, Ancestors. Ma préférée c’est Baby, you’re bored, genre de folk light avec des paroles à la Vic Chesnutt. Non, en fait, c’est la pop soyeuse de Shade of shadow, entre la voix et les nappes de musiques…en voiture, de nuit, la musique du film de la route qui défile, fin de week-end, ambiance nostalgique, doucement contre-balancée par la chaleur du cockpit. Faut-être un rockeur pur et dur, un de ceux qui dorment avec leurs Santiags aux pieds pour pas se laisser aller.

Allez je vous laisse, je vais aller couper du bois.
Guillaume M.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *