Petit Eugene est devenu grand

Le 1 octobre 2012 par Virginielasnob

“It’s very shiny, very dance-y, and I wanted it to sound fucking amazing in a car or a club or something like that.” C’est dans ces termes qu’Eugene Mc Guinness parle de son album « Invitation to the voyage ». Il wanted it to sound fucking amazing ? Qu’il se rassure il made it plutôt pas mal.

La journée, la semaine, les mois nous avaient un peu fatigués. Le premier concert de la rentrée devait être à la hauteur de la tâche (là je parle pour moi, Amélie – bah ouais pour l’occasion on a fait une sortie groupée – parce que Virginie elle, dans la vraie vie, elle passe ses nuits à écumer les salles de concert parisiennes et après elle remplit des tableaux Excel*). Et il le fut. Dans la salle de concert du Point Ephémère, son album tubesque raisonne comme un vent de fraicheur. On était un peu sur les nerfs, surtout moi parce que j’étais arrivée en retard, avec un terminal mobile complètement déchargé, grand classique**, et il nous a vite rappelé pourquoi on était là : danser ou à minima dodeliner avec un sourire béat sur la gueule.

On l’avait donc quitté jeune homme encore boutonneux, sous sa mèche, avec sa voix forte et sa guitare revêche, entre folk vintage et protest song ; on le retrouve gominé à la perfection (je vous jure, aucun de ses cheveux n’a bougé de tout le concert), extrêmement classieux dans sa chemise près du corps.

Oui, aucun doute, il a bien grandi le joli Eugene McGuinness. Il a un groupe de rock qui envoie du bois, il fait toujours ce qu’il veut avec sa voix. Même s’il semble promis aux concerts de stade dans un futur proche, ça fait quand même plaisir de voir qu’il n’aura sans doute plus besoin de servir de guitariste de tournée à Miles Kane. Ouf ! (Parce que Miles Kane on n’aime pas trop trop …)

Sur scène tout y est, les filles en chaleur au premier rang (sans déconner les filles changez rien vous étiez parfaites), l’attitude rodée, le bras négligemment posé sur le micro, le doigt pointé vers le public (coucou les filles) et surtout : les tubes. Parce que parfois, ça fait du bien de voir quelqu’un mettre quelques années à arriver sur le devant de la scène. Il a eu le temps de les peaufiner ses bombes taillées pour la gloire. Il faut se rendre à l’évidence, avec son groupe, ils auraient fait un accompagnement de rêve pour Morrissey à la place de ses vieux rockers momifiés.

A noter que l’album produit le même effet, en moins bien certes, mais toutefois son écoute est chaudement recommandée. Tu peux aussi faire du air chant sur le titre Joshua c’est super top pour te donner la patate le matin sous la douche***.

Virginie & Amélie (pour vous servir)

* Nous pouvons en apporter la preuve contre rétribution parce que nous sommes parfaitement corruptibles.
** Tu apprendras que dans ces cas là, le barman est ton ami, tu lui demandes une pinte ET un chargeur et éventuellement tu t’en tires en sirotant ta pinte en attendant que ton portable se recharge.
*** « I loove youu, Jo-shu-aaaaa / I know I don’t shooow iiiit / But you really oooought to know iiiit When we go la-di-da di-da di-da di-de / All I really wanna dooooo / Is run around to yooouu »
Faut pas rester là maintenant les gens hein. faut sortir de la salle de bain …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *