Primavera Sound : le meilleur festival d’Europe ?

Le 12 juin 2012 par Erwan

Arc del Triomf (Photo : Dani Canto pour Primavera Sound)

Le meilleur festival d’Europe, c’est souvent ainsi qu’on nous présente le Primavera Sound, le festival barcelonais qui a lieu début juin depuis une dizaine d’années (et depuis cette année le weekend suivant à Porto). Sur le papier il a tout pour l’être en effet : le soleil, le bord de mer et une programmation plus qu’alléchante. Je suis allé voir ce que ça donnait sur le terrain pour me faire un avis sur Primavera.

Pour ce qui est du soleil on n’est pas déçu, il fait beau et chaud et le breton à peau claire que je suis cherche les coins d’ombre en début de soirée. Cruel dilemme parfois entre l’envie de s’approcher de la scène et celle de rester dans l’ombre des structures métalliques qui jouxtent la scène principale, San Miguel. Pour la belle Sharon Van Etten je craque pour mieux apprécier le show de l’américaine. Passé 21h, le soleil descend et va se cacher derrière les immeubles design qui entourent le Parc del Forum et on se sent mieux notamment sur la scène Mini, parking de bitume particulièrement exposé au soleil. Reste la possibilité de se réfugier au frais dans la salle de l’Auditori, pour apprécier le folk de Laura Marling ou le concert très attendu de Dieu alias Jeff Mangum, un artiste que je ne pensais jamais avoir la chance de voir sur scène. Finalement le seul jour moins bien au niveau du ciel sera le dimanche avec un concert de Richard Hawley (oui encore lui) à l’Arc de Triomphe sous les éclairs, qui donnent encore plus de classe à la musique du crooner anglais.

The Walkmen (Photo : Dani Canto pour Primavera Sound)

Côté programmation, c’est l’abondance avec plus de soixante artistes par soir sur huit scènes et donc forcément la frustration de ne pas pouvoir voir tous les artistes pour lesquels on venait ici. Jeudi, pas de Beirut pour cause de clash avec Wilco que je ne pouvais pas rater, considérant ce groupe comme l’un des tout meilleurs de ses vingt dernières années. Je ne regrette pas mon choix tant le show assuré par la bande de Jeff Tweedy répond à mes attentes, faisant de ce concert sans doute le meilleur du festival. Le lendemain, j’abandonne mon compagnon d’avion Rufus Wainwright au bout de vingt minutes pour aller voir Girls. Le concert est honnête sans être extraordinaire, les choristes en font sans doute un peu trop (contrairement à celles de Spiritualized la veille), et au final je regrette à moitié mon choix. Enfin le dernier jour, ce n’est pas moins qu’un quadruple clash auquel on est confronté : Beach House / Dominique A / Josh Pearson / Olivia Tremor Control. Ayant déjà vu le nantais et le texan et jamais le duo de Baltimore, j’opte finalement pour le groupe de Victoria Legrand, qui reste un peu trop dans le noir à mon goût mais dont j’apprécie la voix grave au cours d’un concert qui enchaîne tube sur tube. Le live permet de réévaluer le dernier album Bloom que je trouve un peu décevant.
Quand on n’est pas confronté aux clashs, on passe d’une scène à l’autre, en parcourant ainsi un nombre de kilomètres impressionnant dans la soirée. Mes pieds crient pitié dès le deuxième jour, eux qui sont également sollicités la journée pour visiter Barcelone. Avec les douze heures de plage horaire, voilà qui fait de Primavera un festival fatiguant pour les corps. On n’aurait peut-être pas dû décliner les nombreuses propositions de substances illicites faites sur le site du festival (et en dehors aussi, j’ai trouvé ça assez fou !) pour avoir de quoi tenir le coup.

Wilco (Photo : Dani Canto pour Primavera Sound)

Fatiguant et frustrant, voilà donc les deux bémols qui font que je préférerais toujours un festival plus modeste comme la Route du Rock (et à St malo pas de souci de chaleur) à une grosse machine comme Primavera. Restent de très bons moments avec la classe des Walkmen en ouverture à l’Arc de Triomphe, l’efficacité de Death Cab for Cutie, le show énorme de trois heures de The Cure (la setlist des 36 chansons), la bonne ambiance avec les Kings of Convenience et la perfection des vétérans de Yo La Tengo. Y retournerai-je ? Peut-être, mais en fonction de la programmation et non d’emblée malgré l’offre moitié prix sur les pass que le festival fait de nombreux mois à l’avance.
Pour finir une petite playlist avec les meilleurs artistes vus là-bas :

3 Commentaires sur “Primavera Sound : le meilleur festival d’Europe ?”

  • Ehé, c’est vrai que l’inflation du nombre de scènes rend l’exercice du Primavera particulièrement fatigant :).

    J’ai moi aussi adoré Wilco, me suis régalé à Refused, Jeff Mangnum et Father John Misty, et ai eu un gros coup de coeur pour la prestation live de Kings of Convenience.

    Et malgré la fatigue… je pense que j’y retournerai, encore une fois (ça fait quatre ans que j’y vais) :)

    • Erwan

      Oui apparemment il y a pas mal de monde qui y retourne chaque année depuis 3/4 ans. On verra l’an prochain 😉
      (ou pourquoi pas faire Porto aussi)

Trackbacks & Pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *