Little Bird : mon Wyoming pour un rideau de douche

Le 23 mai 2012 par LeeZen

Les étendues glacées des Hautes Plaines du Wyoming sont en France en ce moment. Raison de plus pour papoter littérature de là-bas…
Craig Johnson est un drôle de personnage qui cumule les mandats : officier de police, professeur d’Université, cow-boy, charpentier et aussi pêcheur professionnel. Il est surtout, pour ce qui nous intéresse aujourd’hui, l’auteur d’une série de polars consacrés à Walt Longmire.

Que dit la 4è de couv’ ?

Après vingt-quatre années passées au bureau du shérif du comté d’Absaroka, dans le Wyoming, Walt Longmire aspire à finir sa carrière en paix. Ses espoirs s’envolent quand on découvre le corps de Cody Pritchard près de la réserve cheyenne. Deux années auparavant, Cody avait été un des quatre adolescents condamnés avec sursis pour le viol d’une jeune indienne, Melissa Little Bird, un jugement qui avait avivé les tensions entre les deux communautés. Aujourd’hui, il semble que quelqu’un cherche à se venger.
Alors que se prépare un blizzard d’une rare violence, Walt devra parcourir les vastes espaces du Wyoming sur la piste d’un assassin déterminé à parvenir à ses fins.

Avec Little Bird, premier volet des aventures de Walt Longmire, Craig Johnson nous offre un éventail de personnages dotés d’assez de sens du tragique et d’humour pour remplir les grandes étendues glacées des Hautes Plaines.

En général, je fuis tout ce qui ressemble de près ou de loin à un revival de western fleurant bon les vieilles querelles entre Peaux Blancs et Peaux Rouges. Little Bird, c’est autre chose ; ça sent bon les grandes plaines du Wyoming et ses contrées sauvages. Et puis, dans ce bouquin, tout ne tient qu’à deux mamelles : la bière et la météo. Un peu comme nous en ce moment, en somme !

Extrait (p. 19) :

C’était la fin de l’après-midi, et la bière que j’avais ingurgitée contribuait déjà à améliorer mon humeur. Le ciel était toujours d’un bleu Technicolor, mais un grand banc de nuages était apparu au nordouest et commençait tout juste à assombrir les montagnes. Les cumulus les plus proches étaient moutonneux et blancs, mais au loin, leur couleur plus sombre, bleuâtre, promettait de la neige sporadique en haute altitude.

Voilà de quoi rendre le personnage principal plutôt attachant. Walt Longmire est en effet un shérif mélancolique et un tantinet désabusé du comté imaginaire d’Absaroka. Après de bons et loyaux services, il aspire à une retraite tranquille, espérant ainsi finir l’aménagement de la cabane qui lui sert de Home Sweet Home.
Mais ses aspirations s’envolent allègrement quand on retrouve le corps de Cody Pritchard près de la réserve cheyenne.  Ou comment raviver les tensions entre les communautés. Le shérif se lance dans une implacable chasse au tueur alors que les plaines du Wyoming replongent inexorablement vers la saison hivernale et qu’un blizzard monstrueux approche… Chaussez vos MoonBoots, la tempête va décoiffer !

Un polar à lire entre pick-up, bières fraîches, chasse en montagne, Post-Empire de Will Stratton et mots d’humour.

Extrait (chapitre 2) :
“Et puis, j’avais un rideau de douche. Je ne connais pas bien les lois de la physique dynamique qui font que le rideau de douche se colle à votre corps dès que vous ouvrez l’eau, mais comme ma cabine de douche était entourée de rideaux sur les quatre côtés, dès que j’ouvris le robinet, je me transformai en burrito de vinyl au shérif scellé sous vide.”

Little Bird / Craig JOHNSON
Editions Gallmeister (collection Totem), mai 2009 – Titre original « The Cold Dish »

3 Commentaires sur “Little Bird : mon Wyoming pour un rideau de douche”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *