Delirium Tremens : embrumé, enfumé, alcoolisé…

Le 28 mars 2012 par LeeZen

17 mars, St Patrick. Ma bibliothèque regorge de polars. J’en prends un au hasard. Au hasard ? Pas sûr. Delirium Tremens, une enquête de Jack Taylor par Ken Bruen, né à Galway en 1951. Le hasard fait souvent bien les choses… Happy Saint Patrick’s Day !


Que dit la quatrième de couv’ ?
Ancien flic viré pour alcoolisme sévère, Jack Taylor traîne sa misère et son mal de vivre dans les pubs des quartiers populaires de Galway. Entre deux rasades de Jameson et une gorgée de Guiness, il laisse vaguement entendre aux poivrots de son entourage qu’il pourrait être un bon détective privé.
À sa grande surprise, une femme vient un jour le trouver à son comptoir préféré pour le supplier d’enquêter sur la mort de sa fille qui se serait, soi-disant, suicidée …
Avec l’aide de son copain Sutton, peintre à moitié raté et grand amateur de spiritueux, et de Catherine, jeune punk à la langue bien pendue, Jack se lance dans un enquête qui le conduira bientôt jusqu’aux bas-fonds de Galway.
Entre deux crises de delirium tremens, Jack Taylor ressemble à un équilibriste sur le fil du rasoir. Attention, le précipice n’est jamais loin …

Si vous vous attendez pas à lire un vrai polar, haletant, avec une intrigue bien ficelée, videz votre verre et aller prendre l’air. Ici, l’essentiel se joue sur l’atmosphère crasseuse des pubs de Gallway plongés dans la grisaille et ce polar n’a de noir que le nom.
Cet ancien flic, devenu privé, en bon alcoolique qui ne s’ignore pas, a installé son bureau, une table, au fond du Grogan’s, un vieux pub de la ville de Galway. Entre pintes et whisky, entre losers et démarche zigzagante, il écluse les verres et vous fait faire le tour de la ville et de ses bas-fonds aux relents alcoolisés. Une visite d’ivrogne tendance rock’n’roll avec ses beuveries, ses vomis, ses gueules de bois, ses séjours à l’hosto. Tout en souffrance. Il est désabusé et cynique, mais passionné de littérature. Au fond, un personnage très attachant.

Extrait (p.12) :
Le Grogan’s n’est pas le plus ancien pub de Galway. C’est le plus ancien pub de Galway à ne pas avoir changé.
Alors que tout le reste devient :

Unisexe
Allégé
Karaoké
Excessif.

Il reste fidèle au style d’il y a cinquante ans ou plus. Au-delà du classique. Crachats et sciure par terre, sièges en bois, stock limité. Le goût pour
                Les boissons pour alcool pour ados
n’a pas encore été admis.

Et non, je ne zigzague pas du clavier ! la mise en page a été respectée… Car Ken Bruen explose les conventions littéraires comme l’alcool bousille les foies. Un style abrupt, des retours à la ligne sans queue ni tête, des listes… Un style étrange également : des phrases glaciales mais ciselées, courtes mais percutantes, du gaélique qui nous échappe, un style complètement déjanté. On oscille entre douceur et amertume. Comme une première gorgée de guiness. Et puis on sombre, avec Jack…

Extrait (p. 140) :
Les rêves s’accompagnent-ils d’une bande-son ? Comme dans les cauchemars quand vous avez du heavy metal ou Boyzone. Dans mon sommeil j’avais l’impression d’entendre le son le plus velouté de Californie du Sud. Je rêvai de mon père. J’étais tout gamin et je le tenais par la main dans Eyre Square. Un bus passa et je m’aperçus tout à coup que je savais lire… Je lus à Haute voix la publicité. Sur le côté…

PADDY

Il était enchanté. Non seulement parce que c’était le premier mot que j’épelais, mais aussi parce que c’était son nom. Autre point de vue, plus cynique : mon premier mot était le nom du whisky irlandais.

Non, ne t’arrête pas de lire ou de boire. Ce polar est juste celui d’une déchéance. Allez, viens au comptoir. Garçon, deux guiness.

Delirium Tremens : une enquête de Jack Taylor / BRUEN, Ken
Gallimard (Série Noire), 2004 – Titre original « The Guards »

[et non, on n’aime pas du tout Koudlam sur DLF… 8 posts déjà ! ]

Trackbacks & Pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *