De tout, de rien et surtout de la musique

Le 16 mars 2012 par Disso

Je vais te raconter un peu ma vie. Enfin pas tout, hein. Juste l’aspect musical de ma vie de ces derniers temps. Je crois que je t’ai laissé la dernière fois, j’étais à Paris, on était en février (même que ça caillait dur) et j’avais assisté au concert de Christophe. Un truc assez improbable et émouvant, d’ailleurs, si tu te souviens bien.  J’y suis retournée à Paris, une semaine plus tard. Je suis allée écouter Agnès de La Féline qui chantait en solo pour l’ouverture des Balades Sonores. Imagine-toi une toute petite boutique avec des cagettes en guise d’étagères et des coussins au crochet en forme de disque vinyle. Si si. Donc Agnès chantait, la petite boutique de l’avenue Trudaine était pleine à craquer et j’ai vu par la porte vitrée cet homme qui voulait rentrer. Un homme grand magnétique, barbu avec ses cheveux un peu longs. Un de ces hommes que tu n’oublies pas tellement ils ont une empreinte qui semble cent fois plus forte que celle de n’importe quel autre homme. Pendant ce temps, Agnès chantait son dernier EP des reprises de chansons, et c’était joli (surtout la nuit du rat, je crois).

 

J’ai acheté un tote bag. C’est mon nouveau dada le tote bag, j’ai celui de Baxter Dury, celui de Monopsone et hop, celui des Balades Sonores maintenant. Après j’ai discuté avec un dénommé Roland (je me méfie toujours beaucoup des hommes qui s’appellent Roland, ce sont des gens doubles), j’ai fait la bise à Papoussa mon ami le gitan breton de Paris et je suis repartie. Je ne crois pas avoir fait grand chose d’autre de musical, pendant ce séjour. Mais j’ai peut-être oublié. J’oublie énormément de choses.

A Rennes, je suis allée à l’Ubu voir Chairlift. Tu connais Chairlift? La chanteuse est belle, elle possède une jolie voix, le groupe joue bien et qu’est-ce qu’on s’ennuie mais qu’est-ce qu’on s’ennuie… T’imagines même pas. Tu as l’impression d’être devant une vitrine un peu. Tu peux rien toucher et rien ne te touche. Du coup, on est allé papoter avec François Floret (c’est le programmateur de la route du rock), on a parlé programmation, route du rock de cet été, travaux du fort tout ça. Un type très sympa que ce Floret. Ensuite, y a eu The Popopopops avec leur nouveau disque, beaucoup plus eighties/synthé/cold wave que le précédent. Du moins, c’est ce qu’on m’a dit, moi j’avoue ne pas connaitre très bien le groupe. Alors, tu vois j’ai un problème. Je suis pas fan des Pops, sauf que je trouve les garçons super gentils. Alors je suis embêtée. En fait, j’ai trouvé deux morceaux vraiment sympa, les deux qui ont le moins plu au public d’ailleurs. C’étaient les morceaux les plus new wave (ouais, ouais, on se refait pas).

 

Le vendredi suivant, le Sambre et sa bonne programmation musicale. On a pu tester du saucisson et écouter deux ou trois trucs pas mal, que Thierry le patron passe souvent : Gold &Youth, Clinic, Applause… Applause? Mais mais, ils passent le lendemain à l’Antipode pour le festival des Embellies. Allez, zou, c’est parti, places prises et direction samedi dernier à l’Antipode. En première partie : Christine and the queen : fille étrange qui surjoue un peu la folie, petits bois de cerf à la mode Ikea sur la tête, c’est joli, bien fichu et ça manque de chair. On enchaine avec Applause. Bon, c’est embêtant, je ne suis pas sûre que Applause soit un bon groupe, les références qui viennent à l’esprit sont d’ailleurs Muse, Placebo etc. MAIS en live, ce groupe dépote. Le chanteur a une belle voix, les musiciens sont très pro (des Belges qui jouaient déjà ensemble avant ce groupe-là) et surtout les chansons donnent une envie irrépressible de bouger en tous sens, de secouer la tête et de hurler. La soirée se finit avec Ladylike Lily et sa nouvelle formation sur scène. Je peux pas en dire grand chose, je n’aime pas ce genre de musique, les spectateurs avaient l’air content, en tout cas, moi bon… Les filles à cheveux longs et à guitare folk, je passe mon tour.

Sinon, des petits riens, j’ai écouté Tristesse Contemporaine, l’album produit par DIRTY. C’est assez joli, un peu lisse peut-être. Je pense que je vous en reparlerai. J’ai appris que Josh Homme et les ex Kyuss bataillaient au tribunal, et ça m’a rendue triste. J’ai vu les photo de la maison de Kim Gordon. Cool as fuck. J’ai écouté Ste Augustine aussi, je ne sais pas trop quoi en penser. Il faut que je réécoute. J’ai appris que Brian Jonestown Massacre passait en juin à Rennes et enfin, j’ai pris des places pour Bertrand Belin et Alan Corbel, pour Michel Cloup, pour le concert de the Oscillation et Frustration à Paris en avril et je me tâte pour Miossec et Mansfield Tya. En tout cas, avril s’annonce cool, non?

 

 

2 Commentaires sur “De tout, de rien et surtout de la musique”

  • Yann

    M’enfin la guerre de Troie.. elle a eu lieu, Héléne ! Et vous cherchez encore d’Achille le talon ? Est ce bien de son pied que provient votre manque, ou de partie cachée de son anatomie ? Montespan et sa cour en habits de dimanche, paradaient sur les marches de leur palais virtuel ,surgit un beau valet ..Aussitot se déhanche du petit Landerneau ,la glossolalie déletére..Moi, je me tiens les cotes, la mariée est trop belle, sa jarretière vendue,son organe confit .Un futur se profile, dessinant une poire, noyée dans le chocolat et parsemée de plumes. O Rennes , je t’aime ..ton esprit , tes chapelles .. inépuisable farce, tant que bloguent les saucisses ..

  • Disso

    Ça va, la saucisse rennaise blogue toujours…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *